Pa-nique dans le métro

giphy

Ce jour-là, j’étais encore étudiante (en Cinéma s’il vous plait), je rentrais tranquillement des cours sur la ligne 8 du métro parisien.
Assise sur le strapontin contre la porte du fond, j’y appuie ma tête, lourde des petits ennuis de la journée, et laisse mon esprit vagabonder, gardant toujours les yeux ouverts, mais mon imagination m’emmène loin, très loin…

Suis-je avec la bonne personne, est-ce que je fais les bonnes études ? (Les réponses se sont révélées par la suite être : Non et Non).

Je remarque très distraitement que le wagon se vide progressivement. Bizarre à cette heure de pointe. Bon tant mieux, au moins j’aurais pas de gros(se) relou(e) qui se met à côté de moi en me poussant, m’empêchant de rêvasser en fouillant dans son sac (le coude dans mes côtes) ou en écartant bien les bras (re-coude dans mes côtes) pour lire.

Je continue mon petit voyage astral.

je revasse dans le metro_Gauloise de Nuits

Je ne dors pas je réfléchis.

Bon après tout je suis pas plus mal lotie qu’une autre, il est sympa mon mec, de temps à autre… et puis j’ai un bel appartement au cœur de la capital… mouais.

Silence anormal.

Du coin de l’œil, je m’aperçois que la rame est vide. Sortant péniblement de ma léthargie, je rassemble mes esprits, et ma mise au point visuelle s’est faite progressivement, du flou au net, et là : JE LA VOIS.

À 1 mètre de moi environ…

Sortie du pantalon, enfin de la braguette, elle est brandie fièrement, et astiquée par son propriétaire dont je ne verrai pas le visage, puisqu’à ce moment-là, miracle le métro arrive à une station, et je peux filer fissa !

Heuuu combien de temps je suis restée en face de lui ? Et lui qui devait penser que je matais et que je devais apprécier le spectacle puisque je restais assise bien sagement les yeux grand ouverts sans émotion ni peur.

Bhé dis donc celle-là elle a pas froid aux yeux. (Je suis sûre qu’il a du penser ça)

Je me suis retrouvé à rire toute seule sur le quai. En fait ce qui me fait le plus rire après coup, c’est surtout ce que les gens ont du penser en désertant le wagon, et en me voyant rester à un mètre cinquante du chibreouxxx : Elle doit vraiment kiffer elle est pas nette celle-là.

salut poulette

Cela dit, personne ne m’a sauvé la vie.

Ah bon ?? C’est étonnant, pourtant les gens ils sont vachement altruistes. Surtout dans le métro.

Mon père ferait une syncope dans le chemin de fer métropolitain. Je pense souvent à ce qu’il me disait naguère : Quand il y avait des dames je leur laissais la place assise.

Ha ha ha…

Ça a bien changé, mon père a un cerveau d’un autre temps, ou même d’une dimension parallèle. Je n’ai jamais vu un homme se lever pour me proposer son trône.
Enfin si,  je suis en train de médire, c’est tout de même arrivé une seule fois en 18 ans.

Et puis il ne faut pas oublier que :

Les mecs ils veulent absolument s’asseoir pour écarter leurs jambes, c’est vraiment vital pour eux, et même quand tu es debout, ils arrivent encore à te gêner car ils continuent à prendre toute la place.

Et toi tu te retournes timidement pour lancer un regard noir, mais tu bloques sur son pantalon mal taillé qui remonte à la moitié de ses jambes, et sur ses chaussettes de couleur.

on voit tes chaussettes depareillees_Gauloise de Nuits

J’ai été grande pratiquante de la ligne 13 pendant des années, mais aussi des merveilleuses lignes 7, 4, 6, typiques des rames bien remplies le matin et le soir, et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est pas très courtois.

Je crache sur les bonhommes et leur besoin de posséder l’espace (au fait ça s’appelle le Manspreading) mais les bonnes femmes, je crois bien que ce sont les pires en heures de pointe.

Profil :  Entre 25 et 45 ans, souvent en tailleur et « en brushing », avec un grand sac, on dirait d’ailleurs qu’elle fait exprès de te le mettre dans le ventre, ou encore dans les côtes.

Toi t’attends sur le quai depuis de longues minutes, tu laisses passer 2-3 trains bondés, tu rames aussi, t’es à la bourre, tu stresses, mais tu t’es bien mis bien en face de la porte tu sais que cette fois,  tu as une chance de monter, et là pendant que tu laisses les gens descendre avant de monter (ba ouais je suis polie), la pétasse en tailleur, qui vient juste d’arriver sur le quai, s’immisce dans la foule et te passe fourbement devant, en gênant les descendants et en te chiant à la tronche avec superbe, et si elle peut te donner un coup avec son sac, elle se prive pas.

Mention spéciale à ceux aussi qui gardent leurs sacs à dos et qui se retournent tout le temps histoire de bien te donner des coups, en reculant bien évidemment, mais j’ai pas encore trouvé le moyen de fusionner avec le siège ou les murs…

Non mais franchement ces gens, mais vraiment quoi, ces gens mais purée de punaise ces gens quoi… Ils sont vraiment pas faits comme moi.

Il n’y a pas un code moral, enfin une morale tout court, une conscience implicite, un truc normal dans la tête ?

Je sais bien qu’ils doivent se dire :

Pour ne pas me faire écraser il faut que j’écrase les autres.

C’est très intelligent c’est vrai qu’avec une doctrine pareille, le monde va aller mieux j’en suis sûre. Bravo m’ssieurs dames c’est constructif.

Pourtant l’une de mes seules certitudes ou plutôt je dirais : la seule chose utile que l’on peut faire au jour le jour, c’est prendre soin des autres, et d’être bienveillant.
Ok je suis un peu naïve, mais je suis une gentille personne…

SI C’EST VRAI.

Du coup vous aurez droit à un deuxième article, toujours dans le métro, car je ne prends pratiquement jamais le bus.
Ah si une fois j’y ai vu une femme enceinte laisser sa place à une dame âgée, et aucun des hommes assis ne s’est levé de son siège. Ils étaient trop occupés à écarter leurs jambes afin d’aérer leurs couilles. Ça c’est vraiment des mecs qui en ont !

 

Voilà voilà le métro c’est trop bien la la la

manspreading PROU MAOU_Gauloise de Nuits

 

Sources images : Gif Mister Robot >> giphy.com / Chat qui dort >> flickr.com / Matou dans l’entre-jambes >> le génial Savingroomforcats.tumblr.com

Note : Si les photos utilisées ne sont pas créditées au nom de l’artiste, c’est que je ne connais pas l’auteur. Si c’est vous, envoyez-moi un message que je vous remercie et vous crédite !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply